Jeux vidéos musicaux

Posted: 26th juillet 2015 by admin in jeux et musique

Attirés par le succès de Guitar Hero, les projets de jeux musicaux se multiplient sur les plannings. Une prolifération qui inquiète le créateur d’Elite Beat Agents mais qui signifie également, chose rare, un désir d’expérimentation et de vision à plus long terme chez les éditeurs.
Le studio japonais iNiS est principalement connu pour une paire de jeux musicaux cultes :  Gitaroo Man sur Playstation 2 et Osu! Tatakae! Ouendan (occidentalisé il y a peu sous le nom d’Elite Beat Agents) sur Nintendo DS. C’est cependant au Gamefest dernier, évènement 100% Microsoft, que le magazine Gamasutra a interviewé Keiichi Yano, co-fondateur d’iNiS et game designer.

Entre autres sujets abordés (on apprend par exemple que le développeur travaille actuellement sur un projet Xbox 360), le responsable s’est exprimé sur la montée en puissance des jeux musicaux, signifiée par une multiplication des sorties et des lancements de projets. Derrière la locomotive Guitar Hero II, dont le succés a d’ailleurs propulsé Activision au rang de premier éditeur tiers aux Etats-Unis, on a en effet vu apparaître  JUST DANCE , le Rock Band , celui  de Harmonix et MTV, le Boogie d’Electronic Arts ou le Jam Sessions d’Ubi Soft. On a également assisté au retour sur PSP de Parappa the Rapper, classique de la Playstation considéré comme le titre fondateur du genre entier. Yano lui-même dit avoir « clairement » reçu plus de propositions de la part d’éditeurs depuis Guitar Hero.

Le responsable a cependant mis en garde contre les risques de saturation que pose un tel engouement, suggérant en particulier que la quantité menaçait la qualité. « Tout le monde attend des jeux comme Rock Band ou SingStar pour Playstation 3, et je suis sur que d’autres titres probablement très ambitieux comparés à ce qui existe actuellement sont également en cours de développement, a-t-il constaté. Mais je voudrais dire que je suis trés inquiet de la qualité des jeux musicaux récents et à  venir car, encore une fois, j’estime qu’il s’agit d’un genre à  part nécessitant une connaissance particulière de la musique et de ce qui rend la musique amusante à jouer. J’espère que ces prochains titres réussiront àcapturer cet esprit et à mettre sur pied une expérience réellement fun afin que le genre reste solide et exempt de trop de déchets. »

Yano n’est cependant pas le seul à attirer l’attention sur un certain dérapage du genre, au moment où les éditeurs, des dollars dans les yeux, entendent bien tirer le profit maximum de cet enthousiasme nouveau du public. On a parlé récemment du cas Guitar Hero : Rocks the 80s, add-on passable et paresseux qui s’est néanmoins vendu à près d’un demi-million d’exemplaires en moins d’un mois et demi sur le sol américain. Mais selon Dubious Quality, même la série-phare, désormais privée de son développeur original, semble s’égarer, multipliant les ajouts hors sujet dans un concept qui a toujours privilégié la musique avant tout. « A haut niveau, Guitar Hero exigeait de l’expérience et de la technique, mais pas des connaissances spécifiques de jeu vidéo, explique Bill Harris, le créateur du blog. Et qu’est-ce qu’ont décidé de faire Activision et Red Octane avec Guitar Hero III ? Rajouter du jeu dans le jeu [avec des phases de boss et des power-ups]. Avec cette simple décision, les deux sociétés démontrent qu’elles n’ont fondamentalement rien compris à la série. »

  1. [...] Attirés par le succès de Guitar Hero, les projets de jeux musicaux se multiplient sur les plannings. Une prolifération qui inquiète le créateur d’Elite Beat Agents mais qui signifie également, chose rare, un désir d’expérimentation et de vision à plus long terme chez les éditeurs.  [...]

You must be logged in to post a comment.